Mardi 20 Octobre 2020  -  02h58  

       A découvrir sur N64
       Accès Rapides

   Accueil

   Emulateurs

   Plugins

   Tous les Jeux N64

   Liste des Roms N64

   Boites 3D / Box-Art

   Textures HD

   Hacks / Traductions

   Manuels

   Tests / Vidéo-Tests

   Vidéos

   Dossiers & Tutos

   FAQs

   Tournois

   Concours

   Quiz N64

   Mini-Jeux N64

   Challenges N64

   Sondages

   Classement Trophées
Le saviez-vous ?

A l’origine, Nintendo avait prévu de sortir un cable permettant de relier la Nintendo 64 à la GameBoy Color.
Test : John Romeros Daikatana
Développeur : Ion Storm Dallas - Éditeur : Eidos / Kemco - Sortie : Août 2000


Vous cherchez un bide : Daïkatana est fait pour vous. Il n'est pas connu, vous ne l'avez sans doute jamais vu et pourtant, tous les joueurs déclarent ce jeu comme le plus décevant de toute l'histoire vidéo-ludique. Pourtant tout partait sur de bonnes bases, la faute à une pression et un laxisme sans précédent.

LE jeu décourageant

Parti sur un compromis entre science-fiction et FPS, on se retrouve avec un jeu de tir à la première personne. On incarne Hiro Myamoto, un voyageur temporel de 2455 qui parcourera quatre époques différentes (Grèce antique, époque médiévale, en 2047 à San Françisco et au Japon du XXVe siècle). John Romero est la tête pensante du projet, le game designer. Commencé en 1997, le projet fut énormément bouleversé : il s'agit d'un véritable désastre tant au niveau du jeu que sa conception. Ion Storm a totalement perdu toute crédibilité depuis.

Ion Storm fut complètement exténué, a utilisé plus de 6 moteurs 3D différents, a perdu une année de salaire. En 1998, l'équipe démissionne. Mais notre beau Romero trouva de nouvelles victimes et continua à diriger de loin le projet. Aucune aide extérieure, pas de soutien, 25 millions de dollars sont partis en 15 mois. Daïkatana est obligé de sortir sur Nintendo 64 très rapidement pour espérer récupérer des parts de marché et soutenir la barre auprès de ses concurrents. Eidos intervient et intègre Todd Potter, qui sauva quelque peu l'apocalypse. La gestion est exaspérante, aucun des deux game designer ne trouve les mêmes directives. Le jeu sortira malgré tout mi-2000 sur N64, alors distribué par Kemco à cause du gouffre financier d'Eidos.

LE jeu qui fait pleurer...

Le jeu fut super-attendu, et marquait une certaine révolution (encore plus que Half-Life et Doom, assez similaires). Vous devrez tuer des ennemis et récupérer les quatres morceaux de l'épée sacrée, le Daïkatana. À la manière d'un FPS, on zigouille robots et monstres hideux.

La qualité graphique est totalement périmée : bien que le jeu en est à son 7e moteur 3D, on dirait qu'il date de plusieurs années ! On remonte alors aux prémices de la Nintendo 64, avec des tas de niveaux graphiquement juste correctes, mais mal agencés, pixelisés et reproduits à l'infini. On aura beau se déplacer dans quatre lieux différents, le joueur ne constatera pas de gros changements.

Le scénario est clairement insipide et on pourrait même dire inexistant. La cartouche a bénéficié d'une traduction houleuse, rempli de "fots d'ohtaugraf". Pas de séquences in-game, très peu de rebondissements et même la fin est anecdotique car on se retrouve avec peu de changements par rapport à notre première partie. Inquiétant.

Passons à la jouabilité du soft. Les touches sont plutôt mal disposées sur N64, de plus les actions sont bugués et incohérentes. Sinon les contrôles restent conventionnels. Daïkatana a tout de même le mérite de proposer une panoplie d'armes, hélas inutiles car seul celle de base peut vous être utile ; l'I.A. des adversaires est étrange, vous pourrez vous retrouver devant des ennemis qui ne réagiront pas. Il arrive même que vous mouriez directement quand l'ennemi vous tire miraculeusement dessus !
Dans certains niveaux vous pourrez leurs trouer les bedaines sans aucune difficulté, tandis que dans d'autres, il vous sera très difficile de rester en vie.

Dans son déroulement, on ne sait pas quel est le véritable but du jeu, excepté l'éradication de l'ennemi. On tue mais après ? Rien. Ion Storm a rajouté un petit côté jeu de rôle qui ne change strictement rien car vos capacités resteront identiques du début à la fin. Aussi, Miyamoto se verra accompagné d'alliés. Une bonne trouvaille ? Non, car leur I.A est clairement mal dosée : ils sont tellement imposants qu'ils vont éliminer une bonne vingtaine d'ennemis. Mais si celui-ci meurt, vous êtes bon pour recommencer le niveau en entier - surtout qu'il peut se bloquer dans un piège, une porte ou même sur vous !
Le jeu se révèle extrêmement bâclé : ralentissements, scripts absents, brouillard, couleurs aux choix douteux, ça rappelle Superman de Titus, en pire.

...et marrer ?

Parlons de son fun. Malgré un mode multijoueur, on sent qu'il a été mis à la hâte car seul un mode match à mort y est inclus. Pourtant c'est le point le plus réussi du jeu.
Les musiques sont horribles et ne correspondent pas au thème du jeu. Les bruitages sont plagiés des softs 16-bits et sont mal echantillonnés.

Il n'y aucun autre point positif. Le jeu s'avère pauvre et non optimisé dans tous les sens du terme. C'est triste, désopilant, il n'y aucune raison de prendre plaisir à jouer tant il y a un sentiment de vide absolu.

Olex, le 10 juin 2009

  Verdict
Graphismes : 08/20

Le résultat reste nettement moins bon que les ténors du genre - Turok, Doom et Quake pour ne citer qu'eux. On pourrait dire que c'est plutôt correct mais les niveaux se ressemblent tous. Aucun soin particulier n'a été apporté, le jeu reste entaché de bugs multiples, il est mal optimisé, rame sévère et les effets sont ratés. Le plat paraît bon de l'extérieur, mais l'intérieur est immangeable : c'est cet effet que vous procurera ce Daïkatana.

Jouabilité : 06/20

Beaucoup trop conventionnel, le héros reste maniable bien que lourd à diriger, et la configuration semble mal pensée. Le gameplay est fade, sans saveur, on est bien loin de la folie promis depuis 1997. Le pire est que l'on prend aucun plaisir car tout est du déjà-vu, en moins bon.

Durée de vie : 07/20

Le mode multijoueur est avare en contenu, le jeu n'affiche que 3 ennemis maximum à l'écran, les niveaux sont mal agencés. Tout a été bâclé ! Mais le jeu est instable quant à sa difficulté - tantôt si simple avec l'I.A des ennemis et tantôt si difficile avec le maintien en vie de vos collègues ou de votre vie - cela vous permettra de durer le suspense une bonne quinzaine d'heures. Encore faut-il passer outre les carences ludiques et techniques.

Bande son : 07/20

Que s'est-il passé ? Les musiques et bruitages ont été vilainement compressés, vous entendrez quelques grésillements ici et là et c'est bien dommage. Malgré tout c'est audible mais cela reste décevant.

Scénario : 04/20

Vous devez sauver le monde en récupérant l'épée Daïkatana, grâce à votre capacité à voyager dans le temps et vos techniques en art martiaux. Pourquoi pas ! Sauf que tout ceci n'évoluera pas, on fait face à du pur shoot. Bien dommage car il y avait moyen de faire mieux avec un tel univers.



Intérêt :


Le jeu est une catastrophe, et ne fait pas le poids dans la catégorie des jeux du genre sur Nintendo 64. Totalement daté, aucun plaisir, aucun effort, le vide intersidéral. L'intrigue n'est pas développée, on sent dès les premières secondes que le projet de Ion Storm fut chaotique. Il n'invente rien, et malheureusement Turok, Doom et Quake sont passés par là depuis longtemps.
Conclusion : Daïkatana 64 est et restera en désuétude perpétuelle. C'est le jeu le plus décevant de la Nintendo 64.

       Membres

   Identifiant :

  

   Mot de Passe :

     

   Mot de Passe oublié !
Devenir Membre
       Dossiers / Tutos (40)

   Utiliser les Codes Triches avec Pro...

   Changer les Textures de vos Roms N6...

   Jouer en Réseau avec les Emulateurs...

   Enregistrez et visionnez vos partie...

   Utiliser et configurer l'utilitaire...

   Les Jeux Nintendo 64 les plus vendu...

   Utiliser et configurer l'émulateur ...

   Test du Pad Hori Nindendo 64 (Hori)

   Test du Glove 64 (Reality Quest)

   Utiliser et configurer AQZ Netplay ...

   Jouer à vos Roms N64 en Relief (Lun...

   Utiliser et configurer l'émulateur ...

   Le Stop'N'Swop

   Test du N64 RetroPort (RetroZone)
Tous les Dossiers
       Notices Scannées (205)

   Hey You, Pikachu (Quick Reference C...

   Legend of Zelda, The - Ocarina of T...

   Battlezone - Rise of the Black Dogs

   Big Mountain 2000 (Traduction)

   Tony Hawks Pro Skater 3

   Gex 64 - Enter the Gecko

   Densha de Go 64

   HSV Adventure Racing

   Big Mountain 2000

   Polaris SnoCross
Toutes les Notices
       Tests de Jeu (259)

   Madden NFL 99

   Beetle Adventure Racing

   BattleTanx - Global Assault

   Madden Football 64

   Buck Bumble

   NBA Jam 99

   Les Razmoket - La Chasse Aux Tresor...

   International Track And Field 2000
Tous les Tests
       Vidéo-Tests (14)

   International Superstar Soccer 2000

   Bio FREAKS

   Mario Tennis

   SCARS

   Perfect Dark
Tous les Vidéo-Tests
       Partenaires

   GameTronik.Com

   SyTest.Net
 

2001-2020 Emulation64.fr / Emulation64.net
Contact - Utilisation des Cookies