Mercredi 21 Octobre 2020  -  10h03  

       A découvrir sur N64
       Accès Rapides

   Accueil

   Emulateurs

   Plugins

   Tous les Jeux N64

   Liste des Roms N64

   Boites 3D / Box-Art

   Textures HD

   Hacks / Traductions

   Manuels

   Tests / Vidéo-Tests

   Vidéos

   Dossiers & Tutos

   FAQs

   Tournois

   Concours

   Quiz N64

   Mini-Jeux N64

   Challenges N64

   Sondages

   Classement Trophées
Le saviez-vous ?

Tsumi to Batsu - Hoshi no Keishousha (Sin and Punishment) est sorti uniquement au Japon en 2000. Les versions US et PAL ont été annulées les jeux Nintendo 64 se vendaient de moins en moins.
Test : Banjo-Kazooie
Développeur : Rareware - Éditeur : Nintendo - Sortie : Juin 1998


Avec Banjo-Kazooie, un concurrent de taille s’avance en face de Super Mario 64. Après s'être illustré en 2D avec Donkey Kong Country sur Super Nintendo et Donkey Kong Land sur GameBoy, Rareware récidive mais avec cette fois-ci une création en totale 3D. Explications...

Longtemps annoncé...

En 1995, Rare déclare travailler sur le Project : Dream. En 1996, Rare et Nintendo annoncent conjointement la sortie du jeu renommé "Banjo-Kazooie" pour fin 1997 (histoire de continuer à vendre des Nintendo 64 après la sortie).
Il sort finalement en été 1998 ; ce fut le seul jeu de Rare cette année- là, toutes consoles confondues. Quelle impatience d'aller acheter un jeu que tous les possesseurs de Nintendo 64 attendent ! Les images officielles en faisaient saliver plus d'un.

... mais bien arrivé !

"Ouais je viens d'avoir une N64 et j'ai 400 F (60 €) en liquide ! Super Mario 64 : une valeur sûre ! Banjo-Kazooie ? Pourquoi pas… "
Voilà ce que de nombreuses personnes ont dû se dire. Bon, vous me direz : "Les deux !!!".
OK, mais pour ceux (la majorité) qui ne veulent qu'un seul jeu ? On comparait trop Banjo-Kazooie à Super Mario 64 ce qui le "rabaissait" en quelque sorte.
Bien sûr, des éléments de gameplay ont été calqué mais Banjo-Kazooie n’est absolument pas une copie.
Des mondes sont similaires, certes (comme le Mad Monster Mansion qui ressemble fortement au Manoir de Big Boo dans Super Mario 64), mais ils sont en réalité très différents : les levels-design anglais et japonais ne sont pas du tout la même chose.

Une durée de vie phénoménale.

L'objectif principal (vaincre Gruntilda alias Grunty) étant déjà assez difficile à réaliser, les objectifs secondaires (toutes les pièces de puzzles, notes et Jinjos) seront quant à eux bien plus ardus. Si vous arrivez jusqu'à Grunty, ça ne sera déjà pas si mal ! Dans les mondes, certaines énigmes seront si tordues qu'elles vous empêcheront de dormir : notamment dans "Treasure Trove Cove", où l'on croit qu'il faut faire une action hyper compliquée, mais c'est juste un truc tout bête !
Avec certains mondes, -Click Clock Wood notamment - on ne pourra y accéder seulement après avoir enfin compris où se trouve l'interrupteur qui nous permet de débloquer ce fichu monde. Décidément, Rareware nous gâte en termes de challenges.

Le casting

Banjo est apparu la première fois sans Kazooie (le kinkajou apparaît pour la première fois dans Banjo-Kazooie) dans Diddy Kong Racing. C'est un ours débonnaire et sympathique, raffolant de miel. Il reprend sans cesse son amie Kazooie quand elle se moque des autres protagonistes du jeu et particulièrement de Bottles.
Tiens ! Bottles! Notre ami la taupe qui nous donnent gracieusement des mouvements indispensables. Bottles a un caractère plus proche de celui de Banjo que de celui de Kazooie. Les Jinjos, de gentils petits bonshommes, sont à récupérer au nombre de cinq par monde.
N'oublions pas Gruntilda dont je vous ai parlé dans le 2nd paragraphe. La sorcière la plus laide du monde qui veut s'approprier la beauté de Tooty, la sœur de Banjo. Mumbo Jumbo, un chaman, permet de transformer Banjo et Kazooie en divers objets, enfin, s'il y arrive ( Banjo-Tooie en est un exemple;) )en le payant avec des crânes de cristal (tiens, tiens, Spielberg n’aurait-il pas pompé un truc ?).

Un hit incontournable !

Quoi qu'il en soit, Banjo-Kazooie est un classique de la console. Encore une fois comme avec Super Mario 64, si vous pouvez y jouer, et bien allez-y ! Cependant, mieux vaut avoir terminé Super Mario 64 d'abord...
Et si vous avez terminé Banjo-Kazooie, foncez vite sur sa suite Banjo-Tooie ! Ce qui est plus attrayant que dans Super Mario 64, c'est que le mystère règne souvent, ce qui donne à Banjo-Kazooie un profil incomparable.

Homer64, le 13 Février 2010

  Verdict
Graphismes : 19/20

Quand on voit comment est conçu le duo ours/volatile, on ne se doute pas un seul instant que la qualité est supérieure à celle de Super Mario 64 sans toute fois dépasser un Conker's Bad Fur Day. En plus l'effet des pièces de puzzles au lancement du jeu ou d'un monde est plutôt agréable. Au final, ce jeu possède des couleurs sympathiques et très cartoons.

Durée de vie : 19/20

Tout est déjà dit dans le paragraphe 3, je vous invite donc à le regarder de nouveau.

Bande-son : 20/20

Et oui ! Je mets la note parfaite ! Comment ne pas apprécier ces chansons entraînantes ? "Tim Toum La Titim Tim Toum Toum Toumtoum Doudoudou", voilà la musique du menu pause. Et contrairement à Super Mario 64, les musiques ne sont pas usantes. Et le "Gruntilda's Lair Theme" est inoubliable.

Jouabilité : 18/20

Une jouabilité assez simple malgré le nombre de coups à retenir, qui une fois mémorisés sortiront sans problèmes. Au début, les déplacements sous l'eau seront assez contraignants. Sinon, rien à signaler.

Scénario : -/20

Une autre comparaison à Super Mario 64 ! Le scénario n'est pas l'élément le plus travaillé par les développeurs et c'est normal. Il faut tout de même constater que le scénario est un poil plus inventif que celui de Super Mario 64.



Intérêt :


Banjo-Kazooie est, comme je l'ai dit précédemment, un hit incontournable de la Nintendo 64. Quiconque y joue en sortira transformé et ne pourra plus en décrocher. En tous cas, merci Rareware de nous avoir créé un jeu si formidable.

       Membres

   Identifiant :

  

   Mot de Passe :

     

   Mot de Passe oublié !
Devenir Membre
       Dossiers / Tutos (40)

   Modifier les Gfx de vos Roms Ninten...

   Renommer vos Roms avec GoodN64

   Jouer en Réseau avec les Emulateurs...

   Test du SS-N64-PS2 Controller Adapt...

   Test du GameBooster (Datel)

   Collectionner sur Nintendo 64

   Test du PSX-N64 USB Converter (Boom...

   Historique de la Nintendo 64

   Utiliser et configurer AQZ Netplay ...

   Test du N64 RetroPort (RetroZone)

   Utiliser et configurer l'émulateur ...

   Jouer à vos Roms N64 en Relief (Lun...

   Comment soigner ses cartouches N64 ...

   Test du Pad Hori Nindendo 64 (Hori)
Tous les Dossiers
       Notices Scannées (205)

   Robotron 64

   Indiana Jones and the Infernal Mach...

   Dual Heroes

   All-Star Baseball 99

   Mario Party 3

   Turok 3 - Shadow of Oblivion

   Mario Party 2

   Mario Tennis

   Chameleon Twist

   Hey You, Pikachu
Toutes les Notices
       Tests de Jeu (259)

   AeroFighters Assault

   NBA Live 2000

   Nightmare Creatures

   Doraemon - Nobita to 3tsu no Seirei...

   Bio FREAKS

   Tony Hawks Pro Skater

   Duke Nukem 64

   Airboarder 64
Tous les Tests
       Vidéo-Tests (14)

   Legend of Zelda, The - Ocarina of T...

   Quake 64

   GoldenEye 007

   South Park Rally

   Mario Tennis
Tous les Vidéo-Tests
       Partenaires

   GameTronik.Com

   SyTest.Net
 

2001-2020 Emulation64.fr / Emulation64.net
Contact - Utilisation des Cookies